Impôts et taxes en Irlande

Allez hop, je suis motivé pour reprendre le clavier !

Comme vous le savez l’Irlande est un paradis fiscal grâce à ses 15% d’impôts sur les sociétés que l’on compare souvent aux 33.3% de la France. Mais à mes yeux le plus gros avantage est ailleurs et tient en 2 points :

  • Toutes les règles qui définissent les charges sociales ET les impôts sur les revenus tiennent sur une page A4. Oui ! une feuille A4 suffit. Je vous laisse comparer avec une déclaration de revenus française + toutes les complémentaires (et là il manque encore les charges sociales).
  • Tout est prélevé à la source et au moment ou sont versés les revenus.

Je trouve que ces deux points sont beaucoup plus importants que le montant des prélèvements. Comprendre une feuille de paye est donné à tout le monde, il y a 6 lignes, et ceci qu’on soit employé ou gérant :

  1. Le montant brut
  2. Les abattements
  3. L’impôt sur le revenu
  4. Les charges sociales (2 lignes)
  5. Le montant net

Le deuxième point (prélèvement à la source et immédiat) implique que l’on touche n’aura pas d’autre prélèvement sur le revenu, tout est disponible. Et surtout il n’y a pas de paiement de charges sociales avec 2 ou 3 ans de retard (le RSI et l’URSSAF n’existent pas ici, en tout cas pas sous la forme française). Donc si pour un problème de trésorerie un gérant arrête de se payer, il ne doit rien aux impôts… Les entrepreneurs apprécieront.

Pour ce qui est des montants des charges et impôts je reconnais qu’ici c’est bien moins élevé… Mais quelque part on le paye dans la vie de tous les jours (vie chère, médecin cher et peu remboursé, peu de lieu culturels gratuits…) Au final je ne crois pas que le niveau de vie soit beaucoup plus haut.

Je suis persuadé que la France gagnerait à simplifier les deux points évoqués ci dessus.

Je tiens à préciser que mon entreprise est toujours localisée en France !

Auto Entrepreneur

Près de 900 000 auto-entrepreneurs étaient administrativement actifs fin février 2013 dont près de la moitié ne dégageaient pas de chiffre d’affaires, 90% de l’autre moitié réalisant un chiffre d’affaires inférieur au Smic

via Le gouvernement souhaite bien limiter la durée du régime d’auto-entrepreneur – LExpansion.com.

Il y a donc 10% d’auto-entrepreneurs qui gagnaient plus que le smic. Cette injustice est réparée.

La méthode Irlandaise vs la méthode française

L’Irlande a une façon très différente de la France pour combattre la crise. Le dernier plan proposé par le gouvernement est une aide proposée au secteur manufacturier avec comme objectif la création de 20’000 postes d’ici 3 ans (aujourd’hui ce secteur compte 200’000 salariés).

Le plan comporte un fonds de financement pour les startups et des aides en R&D.

Ireland plans to create 20,000 new manufacturing jobs by 2016

La France, via la BPI, préfère venir en aide aux entreprises en difficultés pour remettre à flot les trésoreries et aider les sous traitant face aux grandes entreprises.

On a donc deux visions différentes. D’un côté on finance principalement la création et la R&D, de l’autre on communique surtout sur l’aide aux entreprises en difficultés.

Difficile de dire quelle est la meilleure méthode sur le long terme. Pour ma part, je pense qu’aider à la création et à l’innovation et ensuite limiter les frictions entre l’administration et l’entreprise -même en cas de difficultés- est un choix judicieux.

Journalisme d’investigation

Ça c’est du journalisme d’investigation. On aurait pu ajouter

… non, c’est juste que des journalistes qui acceptent des cadeaux en échange d’un article complaisant, on en trouve, et même beaucoup ;)

J’adore ce genre de lieu commun.

Contourner Adblock avec DFP small business

Le blocage des publicités revient régulièrement sur le devant de la scène. Jusqu’à ces derniers temps je ne m’en suis pas vraiment inquiété, le phénomène ne me semblait pas mettre en danger mon activité et je comprends les internautes qui souhaitent naviguer sur Internet sans publicité. J’utilise moi-même un outil de blocage de pub lorsque mes enfants se mettent devant l’ordinateur. Au début de cette année Free a décidé de fournir un bloqueur de pub directement sur sa box et pour le faire savoir a activé le blocage par défaut. Je passerais le problème de neutralité du web, ou le manque de discernement de Free dans cette affaire. Je me suis demandé quel était réellement l’impact des bloqueurs de pub sur mon entreprise.

Adblock est l’outil de blocage de pub le plus répandu sur Internet. il bloque la plupart des adservers et empêche l’affichage de bannières hébergées localement qui comportent un nom trop explicite (pub-728×90.png par exemple). Il a certainement d’autres fonctionnalités, j’en ai appris pas mal sur ce site.

DFP Small Business est un adserver gratuit fournit par Google. Il permet une gestion assez fine des espaces publicitaires d’un site comme Forexticket. C’est un adserver populaire et se trouve donc en bonne place sur les filtres des bloqueurs de pub.

Avant de rentrer dans les détails techniques j’ai voulu mesurer le nombre de visiteurs qui n’affiche pas de bannière sur Forexticket. J’ai utilisé deux méthodes :

  • J’ai comparé le nombre d’affichage de pub annoncé par DFP et le nombre de pages vues sur le site.
  • J’ai ajouté un bout de code dans le script de DFP pour remonter l’utilisation d’adblock directement dans Google analytics.

Sur une période donnée DFP m’annonce 903’330 pages vues avec pub, Google analytics me dit qu’en fait il y en a eu 1’012’908 soit 10,8% de visiteurs qui bloquent les pubs.

La seconde méthode a consisté a modifier le script de DFP en incluant des customVar d’analytics

<script type=”text/javascript”>
_gaq.push([ '_setCustomVar',2,'adblockActive', 'yes',1 ]);
googletag.cmd.push(function() {
googletag.display(‘div-gpt-ad-xxx’);
_gaq.push([ '_setCustomVar',2,'adblockActive', 'No',1 ]);
});
</script>

Le premier “_setCustomVar” place la variable adblockActive à yes, puis le second, qui est exécuté seulement si le javascript de DFP a été chargé (donc s’il n’y a pas d’adblock, vous suivez ?) change la valeur à no. Au final Analytics m’indique donc directement le nombre de Yes et de No. Sur la même période que précédemment j’ai mesuré 897’906 pages vues sans adblock et 63’652 avec. Soit 6.6% utilisateurs d’adblock.

La vérité doit donc se trouver entre 6.6 et 10.8% pour mon site. Ce qui représente tout de même environ 2000€/mois.

J’ai mis en place un système pour afficher des bannières :


<div class="petitMalin"><a href="/"><img src="grosMalin.jpg" /></a></div>
<div id='div-gpt-ad-XXX' class="annonce_dfp">
<script type='text/javascript'>
_gaq.push([ '_setCustomVar',2,'adblockActive', 'yes',1 ]);
googletag.cmd.push(function() {
$(".petitMalin").hide();
googletag.display('div-gpt-ad-XXX');
_gaq.push([ '_setCustomVar',2,'adblockActive', 'No',1 ]);
});
</script>
</div>

Le premier div est ma bannière de substitution qui est masquée si le script de DFP est exécuté. C’est pas le meilleur code du monde car ceux qui n’ont pas adblock activé peuvent voir pendant un temps très court ma bannière de substitution. Mais je n’ai pas eu de gêne pendant mes tests, même avec une connexion assez lente.

Ce système ne semble pas trop mal fonctionner, le taux de clic sur ces bannières est de 0.3%, ce qui est un peu moins qu’un taux de clic normal mais pas catastrophique non plus.

Il nous vend de l’intelligence et il a même pas un échantillon sur lui le gars

10 janvier 2012

12 novembre 2012

L’usine nouvelle : Xavier Niel dit qu’il a surtout contribué à élargir le marché ?
Arnaud Montebourg: Casser les prix peut sembler de bonne guerre, mais cela a eu pour conséquence deux plans sociaux annoncés, chez SFR et Bouygues, des destructions d’emplois dans la sous-traitance, la précarisation des travailleurs chez Free, les délocalisations accélérées dans les centres d’appels, l’aggravation des difficultés d’Alcatel. Xavier Niel n’est pas responsable des choix de François Fillon en faveur de la 4e licence mais la situation objective nous oblige à prendre des mesures pour rééquilibrer la situation.

Merci aux commentaires sur Clubic

1 salarié pour 3 patrons

Ça y est, on a fait le grand pas, on a embauché notre premier salarié. Un administrateur système dont le premier travail sera de mettre en place une vraie stratégie d’hébergement un peu partout sur la planète. Au-delà du pur challenge technique de son côté et de la mise en forme d’un vrai management du notre, nous venons d’introduire, ou au moins de renforcer, la notion de frais fixe dans notre entreprise. La première étape d’un premier vrai plan de développement à la fois humain et commercial.

Je suis excité autant que Walter White lorsqu’il a découvert qu’il pouvait industrialiser son petit commerce. C’est un point de non-retour qui va nous pousser à aller de l’avant. C’est d’autant plus motivant que la période semble morose pour la majorité des entrepreneurs, que le marché du forex est en phase, que je pense temporaire, de ralentissement et que je dois me battre avec des changements d’algo pas vraiment amicaux.

J’ai fixé mes objectifs de développement mais les moyens d’y arriver vont peut-être évoluer.  Les dernières évolutions du plan de finance en France sont tellement floues et instables que je commence à penser sérieusement à développer mes nouveaux services à l’étranger, avant ce n’était juste qu’une piste qui me paraissait plus complexe qu’autre chose, aujourd’hui je préfère avoir un sol stable pour rester serein. Je garde mon activité actuelle en France, d’ailleurs elle y est toujours malgré mon déménagement en Irlande (c’est pour dire si je suis motivé), mais les activités futures se feront peut-être ailleurs.

On va quand même essayer de rester aux 35 heures histoire d’avoir un peu de temps pour s’aérer les neurones et de pouvoir vivre plusieurs vies en parallèle.

Page Layout Algorithme

Il y a une semaine Google a sorti un nouvel algo de son chapeau : un update du  Google Page Layout Algorithme. Il est censé pénaliser les sites dont le contenu se trouve trop bas dans les pages donc qui, généralement, présentent trop de pub au dessus de la ligne de flotaison du site.

Pan, j’m’l’a pris dans les dents. Sur une semaine ça représente environ 8% d’audience en moins. Rien de catastrophique mais quand même gênant. Gênant car je n’avais pas encore été touché par les dernières modifs du moteur de recherche et gênant car on ne peut pas dire que j’abuse de la publicité, je me fais même un point d’honneur à mettre en avant le contenu et à améliorer l’expérience des visiteurs.

Cet algo à l’avantage sur Google ou Panda de fonctionner en temps réel, on n’a pas besoin d’attendre un update pour revenir un simple crawl devrait suffire. Ça aurait pu atténuer mon inquiétude si le crawl n’avait pas été stoppé net deux jours après l’update. Lorsque j’ai vu, ou plutôt je n’ai plus vu, les logs de Googlebot je crois que je suis devenu blanc surtout que je n’ai trouvé aucune référence à ce problème sur twitter ou dans la blogosphère SEO. Le malaise s’est dissipé lorsque j’ai eu la confirmation que je n’étais pas le seul et j’ai accueilli avec soulagement le retour de Googlebot samedi matin.

J’avoue que je ne comprends pas pourquoi mon site serait considéré comme mettant trop en avant les pub. Dans le doute j’ai quand même modifié de façon très légère mon layout et j’ai pris la décision d’attendre un peu pour pouvoir analyser ça à froid d’ici quelques jours et éventuellement mettre en place des modifications plus profondes sur le site.

Je vous tiendrai au courant de mes actions et de leur éventuels impacts.

Une opportunité dans la crise #geonpi

Le mouvement des pigeons me laisse un peu dubitatif. Je suis ce qu’on appelle un entrepreneur, j’ai entrepris de créer mon propre emploi pour plusieurs raisons, la principale d’entre elle vient peut-être du fait que j’ai du mal à faire quelque chose que je n’ai pas décidé moi-même. Avoir des revenus conséquents ou créer des emplois sont un peu des dommages collatéraux… Je ne m’en plains pas, au contraire, je commence même à y prendre du plaisir.

Quand on dit que l’entrepreneur prend des risques je suis totalement d’accord mais il le fait de plein gré et pour son bien être personnel avant tout. Je ne pense pas qu’il y ait beaucoup d’entrepreneurs qui prennent le risque de tout perdre pour créer des emplois ou pour le rayonnement de son pays et si c’était le cas alors il devrait se sentir flatter par le projet de loi de finance pour 2013.

La contestation actuelle semble se focaliser sur le taux à 60%, or il me semble qu’on atteint ce taux pour une importante plus-value gagnée dans un délai très court. Bon, ok ce taux reste quand même très élevé lorsque qu’on garde son entreprise plusieurs années mais on est en période de crise.

En période de crise un entreprise s’adapte, demande des efforts de la part de tous ses collaborateurs -j’ai vécu ça durant ma courte vie de salarié- et lorsque tout va mieux on repart sur de bonnes bases. On reproche souvent à l’état de ne pas être géré comme une entreprise et bien là je crois qu’on s’en approche -une approche timide, je vous l’accorde-. Après on peut ne pas être d’accord avec l’orientation choisie, démoraliser les investisseurs et une partie des entrepreneurs n’est peut-être pas une bonne chose mais il faut aussi voir qu’une autre partie des entrepreneurs, ceux qui vendent leur entreprise à des prix relativement faible, vont y gagner. En gros les petites ventes vont être moins taxées et les millionnaires auront moins de millions… Vu comme ça je préfère être du côté des plus taxés.

Je vois quand même 2 gros défauts dans le PLF 2013. La rétroactivité n’est pas une bonne chose, je trouve dégueulasse -et je pèse mes mots- de changer les règles du jeu à postériori, à l’instabilité fiscale s’ajoute un jeu de roulette russe. Et la remise à zéro des compteurs le 1/1/2013 pour la durée de détention des parts d’une société. Pour ces deux raisons je trouve que le mot pigeon est extrêmement bien adapté.

J’ai toujours entendu dans les blogs d’entrepreneurs, dans les conférences et dans les discussions entre entrepreneurs qu’il fallait voir dans chaque obstacle une opportunité. J’ai l’impression de lire partout que les startups web vont certainement s’expatriées en masse sous des cieux plus cléments, si ce phénomène se confirme nous pourrions avoir en France un énorme vide à combler, une chute de la concurrence qui pourrait permettre à celles qui reste de connaitre un taux de croissance qu’elles n’auraient pas connu sans le PLF 2013. Et il y aura certainement d’autres opportunités à saisir dans cette période de crise.

Passage à la Vitesse supérieure

Ça fait un moment que j’ai l’impression de laisser le site Forexticket continuer sur sa lancée sans réussir à améliorer sa croissance. Du coup j’ai l’impression de stagner… c’est pas bon pour la motivation. Comme souvent, et même comme toujours, j’ai mis le temps pour intégrer ce problème. Mais à force de tourner autour j’ai réussi à monter un plan pour relancer la motivation : On va mettre les moyens pour placer le site dans le top, non plus des sites forex, mais des sites financiers mondiaux… Voilà un beau challenge d’aller chercher les Yahoo Finance, money.cnn.com et autres nasdaq.com et bloomberg. Rien n’étant impossible dans le monde virtuel je pense qu’on a une chance de venir les titiller et si on a une chance alors on la saisit. Pour ça il va falloir se sortir les doigts et mettre les moyens sur la table.

Les leviers de croissance sont assez clairs à mes yeux : élargir les supports et les contenus. Les supports en construisant des applis et sites mobiles complets et ergonomiques -on y est déjà mais on va faire ça mieux. Les contenus en ouvrant de nouveaux marchés en plus du forex : CFDs, actions, indices et matières premières (sur ces marchés l’audience potentielle est très largement supérieure au forex).

Bien entendu il va falloir que l’on revoie notre organisation car travailler sur autant de données avec une audience qui devrait augmenter en parallèle va demander plus de bras. D’où notre recherche de nouvelles compétences en admin système et certainement bientôt de dev Web pour le front.

Il va aussi falloir des moyens financiers pour supporter cette croissance. Et là j’entrevois deux solutions : l’autofinancement et la fameuse levée de fonds.

L’autofinancement à l’avantage de laisser les “partners” seuls aux commandes sans aucun compte à rendre qu’à eux mêmes. Par contre les moyens, en tout cas à court terme, sont plus limités ce qui devrait se répercuter sur la croissance.

J’envisage aussi de lever des fonds, l’idéal étant d’avoir une avance de trésorerie pour tourner 4 à 5 ans tout en sachant que le site génère des revenus qui devraient augmenter d’année en année. L’avantage de la levée de fonds se verra dans la mise en place plus rapide des leviers de croissance. L’inconvénient sera la dilution de nos parts dans la société et l’arrivée d’un nouvel actionnaire. Reste à savoir quelle part voudra un investisseur pour faire une avance de trésorerie de 5 ans et combien on voudra bien céder.

On a donc mis en place nos pièces pour dérouler notre stratégie des 5 prochaines années. Cette fois je ne vise pas un doublement des chiffres mais un x10. Je sais que ça ne sera pas simple mais je sais aussi que c’est loin d’être impossible.

On embauche un admin système/DBA

Je me suis lancé il y a presque 10 ans avec Mataf.net. Depuis le site a grandi, Flo m’a rejoint il y a quelques temps pour développer des applications mobiles, Yann est venu compléter l’équipe l’an dernier. On veut maintenant casser le train train quotidien et passer à la vitesse supérieure, on se remet en mode startup… On cherche donc à embaucher un administrateur système/DBA qui s’occupera de la maintenance des serveurs et des bases de données et qui saura nous aider à gérer la montée en charge. En gros on cherche un balèze en admin système et MySQL. Le poste est basée sur la région de Nantes.

Quelques infos supplémentaires, Dauran est une SARL avec 3 associés. Depuis 2 ans j’ai remodelé notre site principal pour lui donner une dimension internationale. Mataf.net a d’abord été traduit en une cinquantaine de langue puis a changé de nom pour devenir Forexticket. Aujourd’hui Forexticket c’est une présence dans plus de 100 pays avec un site dédié par localisation (.fr, .de, .co.uk…). L’audience dépasse le million de visiteurs uniques par mois. Je pense qu’on a réussi à transformer le site pour le mettre sur une rampe de lancement et il nous reste plus qu’à allumer le feu pour le placer en orbite. J’aime bien faire des paraboles, au sens rhétorique et non géométrique mais je m’égare. Le site principal à l’avantage d’être très rentable et nous permet de financer quelques projets annexes qui deviendront autonomes dans quelques temps. C’est pour tout ça qu’on a besoin de bonnes compétences techniques pour travailler avec nous.

Vous pouvez nous contacter directement ou via l’annonce sur remixjob:

Annonce complète: Développeur Web Back End (LINUX / PHP / MySQL) – H/F

Nous recherchons un(e) Développeur(se) Back End avec d’excellentes compétences sur MySql, Shell, Linux, Unix ainsi que dans les domaines de la gestion et l’administration de serveur.

Vous rejoindrez une équipe dynamique qui aime avoir des idées fraîches et pour laquelle la technique est un atout pour sublimer l’idée originale.

COMPETENCES

Vous êtes expert(e) en script SHELL LINUX ou UNIX. Vous avez également une certaine expérience avec le langage PHP. Vous maitrisez MySql. Vous êtes un(e) analyste rigoureux(se), organisé(e) et réactif(ve).

Vos compétences et vos intérêts tournent autour du monde de l’internet et vous faites naturellement de la veille sur les nouvelles techno et tendances du marché.

LE JOB 

Vous travaillerez entre autre sur la mise à niveau et la maintenance de nos serveurs et de nos bases de données mis à disposition de nos sites internet et de nos applications mobiles, mais surtout vous développerez de nouveaux outils pour optimiser les opérations d’échange client-serveur.

Au quotidien, vous êtes garant(e) du bon fonctionnement des applications critiques des clients (site internet et applications mobiles) sur serveurs répartis LINUX. Après avoir réorganisé la mise en service, les conditions de sécurité, de supervision et de back-up à l’amont, vous en assurez le bon fonctionnement.

Dans le cadre de nouveaux projets, vous participez en tant que conseil technique sur l’architecture à mettre en place (mise en application, base de données).

Bilan d’étape

Dans 2 semaines on va fêter la fin notre première année en Irlande. L’expérience devait durer un an voire 2 mais il semble très probable que le séjour s’allonge un peu. On ne peut pas dire que je rencontre beaucoup de monde, ma faculté à engager une conversation doublée d’une langue que je ne maitrise pas vraiment n’aide pas a discuter avec les entrepreneurs locaux. Une année de plus au pays de la Guinness ne fera pas de mal ! Côté boulot, on loue un bureau dans un espace de coworking, ça aide un peu à croiser des Irlandais… En fait pas vraiment, on y croise surtout des Allemands, Néerlandais… Petit détail, Internet est un peu plus lent à Dublin qu’au fin fond de la campagne Iséroise, c’est parfois réellement handicapant pour les gros uploads qui peuvent prendre plusieurs jours.

Sur Internet je continue de bosser tranquillement sur mon site de forex. Il n’y a pas eu de gros changements depuis mon changement de NDD l’année dernière. Ce changement avait largement plombé mon audience en la divisant quasiment par deux en quelques jours. L’été est souvent meurtrier, l’année précédente une erreur technique avait eu le même effet sur l’audience, du coup cette année je n’ai rien touché depuis quelques semaines pour passer un été tranquille.

Suite au changement de nom de domaine la remontée a été lente, il a fallu plus de 6 mois pour retrouver un nombre de visiteurs normal mais la hausse ne s’est pas arrêtée et continue son petit bonhomme de chemin, lentement mais sûrement. L’effet est visible sur le classement JDN/Résonéo/Matriceo de visibilité des sites financiers sur Google, Forexticket est à la quatrième place, devant Boursorama, ce qui, au passage, me fait douter de la pertinence des requêtes observées par cette étude. Mais ne boudons pas notre plaisir. Bravo au passage à Trader-finance (le petit frère de trader-forex). Cerise sur le gâteau, le réseau des sites Forexticket a aussi pris la deuxième place du classement -mondial cette fois- des sites forex du rapport Q2 2012 de Forex Magnates (rapport qui devrait sortir d’ici quelques jours).

L’année prochaine on va passer plus de temps sur l’accès mobile à nos contenus, une mise à jour majeure de notre app forex iPhone/iPad est dans le tuyau, je me demande encore si une app Android est bien nécessaire, et le site mobile devrait faire peau neuve, d’ailleurs il se pourrait qu’on embauche notre premier salarié (sur Nantes) d’ici la fin de l’année : probablement un spécialiste HTML5/CSS3/Javascript avec des bonnes notions de PHP/MySQL.

Je ne devrais peut être pas le dire mais depuis que je suis moins actif sur les réseaux sociaux (en dehors de la publication de photos) et sur ce blog, je suis plus productif, j’ai le temps de faire plein d’autre chose (plus intéressante que lire un fil twitter), j’ai un meilleur teint et l’audience de mon site a repris le chemin de la hausse… Je dis ça, je dis rien !

Chrome, Firefox et Internet Explorer à égalité

D’après statcounter Chrome vient de passer devant Internet Explorer et devient ainsi le premier navigateur au monde. Firefox, quand à lui, avait perdu sa première place l’an dernier.

D’après mes propres stats Internet Explorer reste en pole position mais ses jours semblent comptés. J’ai une quasi égalité entre les trois principaux navigateur (audience principalement finance, la France est surpondérée = 25%, le reste de l’audience est assez bien répartie dans le monde). Les stats de la semaine dernière donnaient :

  • Internet Explorer 28.2%
  • Firefox 25.9%
  • Chrome 25.8%

Vu les tendances en cours je pense que l’ordre du classement va changer cet été.

Cette nouvelle est très intéressante car Chrome offre des services qui permettent une meilleure expérience de navigation aux visiteurs. Une des plus intéressante est le prerendering (qui fonctionne aussi avec firefox).

En gros le prerendering consiste à indiquer au navigateur une URL à précharger lorsque l’on estime que le visiteur a de grandes chance de cliquer sur un lien en particulier. Par exemple si un article est paginé on peut faire charger à l’avance la page suivante. Lorsque le visiteur clique sur le lien la page apparait instantanément.

Google utilise le prerendering sur son moteur en indiquant à Chrome de précharger une url lorsqu’il estime qu’un lien a de grande chance d’être cliqué, offrant ainsi au visiteur la sensation que le site se charge sans délai.

Et ce qui est bon pour le visiteur est aussi bon pour le site web à long terme.

Plus d’info sur le prerendering, et sur son implémentation sur le moteur de recherche

L’Irlande, destination paradisiaque pour les entreprise du Net

Pour vous convaincre que l’Irlande est loin devant la France sur le terrain des startups. Je ne suis pas quelqu’un qui sort beaucoup mais je ne crois pas avoir vue en France le dixième de ce que je vois ici. Le pays est très dynamique et l’immigration fait des merveilles.

Petit bémol quand même, on est loin du paradis fiscal décrit un peu partout dans les médias. C’est peut être vrai pour les multinationales (Facebook, google et compagnie) mais pour les autres ça change pas grand chose.

l’innovation en France Vs les présidentielles

Je profite de cette période d’élection pour relayer un article intéressant sur l’innovation en France.

Chine – La France n’invente pas

Oui, la France est en train de se désindustrialiser. Mais non, ce n’est pas grave. En fait, c’est tant mieux.

Ce qui est grave aujourd’hui, ce n’est pas le déclin de la production industrielle, mais le retard du pays en matière d’innovation.

La France n’invente pas, refuse de se donner les moyens de le faire et s’obstine à rester spécialisée dans des secteurs anciens plutôt que de faire le choix de la haute technologie.

Même si je trouve que la désindustrialisation n’est pas forcément une bonne chose, principalement à cause d’une perte de savoir faire, je pense que l’innovation ne doit pas s’expatrier.

Et voilà le programme fiscal des candidats à l’élection présidentielle pour essayer de se faire une idée du candidat qui soutiendra le mieux l’innovation en France… Dans la limite du respects des promesses électorales (c’est là qu’on va rigoler !)