Category Archives: Revue du web

Auto Entrepreneur

Près de 900 000 auto-entrepreneurs étaient administrativement actifs fin février 2013 dont près de la moitié ne dégageaient pas de chiffre d’affaires, 90% de l’autre moitié réalisant un chiffre d’affaires inférieur au Smic

via Le gouvernement souhaite bien limiter la durée du régime d’auto-entrepreneur – LExpansion.com.

Il y a donc 10% d’auto-entrepreneurs qui gagnaient plus que le smic. Cette injustice est réparée.

La méthode Irlandaise vs la méthode française

L’Irlande a une façon très différente de la France pour combattre la crise. Le dernier plan proposé par le gouvernement est une aide proposée au secteur manufacturier avec comme objectif la création de 20’000 postes d’ici 3 ans (aujourd’hui ce secteur compte 200’000 salariés).

Le plan comporte un fonds de financement pour les startups et des aides en R&D.

Ireland plans to create 20,000 new manufacturing jobs by 2016

La France, via la BPI, préfère venir en aide aux entreprises en difficultés pour remettre à flot les trésoreries et aider les sous traitant face aux grandes entreprises.

On a donc deux visions différentes. D’un côté on finance principalement la création et la R&D, de l’autre on communique surtout sur l’aide aux entreprises en difficultés.

Difficile de dire quelle est la meilleure méthode sur le long terme. Pour ma part, je pense qu’aider à la création et à l’innovation et ensuite limiter les frictions entre l’administration et l’entreprise -même en cas de difficultés- est un choix judicieux.

Il nous vend de l’intelligence et il a même pas un échantillon sur lui le gars

10 janvier 2012

12 novembre 2012

L’usine nouvelle : Xavier Niel dit qu’il a surtout contribué à élargir le marché ?
Arnaud Montebourg: Casser les prix peut sembler de bonne guerre, mais cela a eu pour conséquence deux plans sociaux annoncés, chez SFR et Bouygues, des destructions d’emplois dans la sous-traitance, la précarisation des travailleurs chez Free, les délocalisations accélérées dans les centres d’appels, l’aggravation des difficultés d’Alcatel. Xavier Niel n’est pas responsable des choix de François Fillon en faveur de la 4e licence mais la situation objective nous oblige à prendre des mesures pour rééquilibrer la situation.

Merci aux commentaires sur Clubic

Une opportunité dans la crise #geonpi

Le mouvement des pigeons me laisse un peu dubitatif. Je suis ce qu’on appelle un entrepreneur, j’ai entrepris de créer mon propre emploi pour plusieurs raisons, la principale d’entre elle vient peut-être du fait que j’ai du mal à faire quelque chose que je n’ai pas décidé moi-même. Avoir des revenus conséquents ou créer des emplois sont un peu des dommages collatéraux… Je ne m’en plains pas, au contraire, je commence même à y prendre du plaisir.

Quand on dit que l’entrepreneur prend des risques je suis totalement d’accord mais il le fait de plein gré et pour son bien être personnel avant tout. Je ne pense pas qu’il y ait beaucoup d’entrepreneurs qui prennent le risque de tout perdre pour créer des emplois ou pour le rayonnement de son pays et si c’était le cas alors il devrait se sentir flatter par le projet de loi de finance pour 2013.

La contestation actuelle semble se focaliser sur le taux à 60%, or il me semble qu’on atteint ce taux pour une importante plus-value gagnée dans un délai très court. Bon, ok ce taux reste quand même très élevé lorsque qu’on garde son entreprise plusieurs années mais on est en période de crise.

En période de crise un entreprise s’adapte, demande des efforts de la part de tous ses collaborateurs -j’ai vécu ça durant ma courte vie de salarié- et lorsque tout va mieux on repart sur de bonnes bases. On reproche souvent à l’état de ne pas être géré comme une entreprise et bien là je crois qu’on s’en approche -une approche timide, je vous l’accorde-. Après on peut ne pas être d’accord avec l’orientation choisie, démoraliser les investisseurs et une partie des entrepreneurs n’est peut-être pas une bonne chose mais il faut aussi voir qu’une autre partie des entrepreneurs, ceux qui vendent leur entreprise à des prix relativement faible, vont y gagner. En gros les petites ventes vont être moins taxées et les millionnaires auront moins de millions… Vu comme ça je préfère être du côté des plus taxés.

Je vois quand même 2 gros défauts dans le PLF 2013. La rétroactivité n’est pas une bonne chose, je trouve dégueulasse -et je pèse mes mots- de changer les règles du jeu à postériori, à l’instabilité fiscale s’ajoute un jeu de roulette russe. Et la remise à zéro des compteurs le 1/1/2013 pour la durée de détention des parts d’une société. Pour ces deux raisons je trouve que le mot pigeon est extrêmement bien adapté.

J’ai toujours entendu dans les blogs d’entrepreneurs, dans les conférences et dans les discussions entre entrepreneurs qu’il fallait voir dans chaque obstacle une opportunité. J’ai l’impression de lire partout que les startups web vont certainement s’expatriées en masse sous des cieux plus cléments, si ce phénomène se confirme nous pourrions avoir en France un énorme vide à combler, une chute de la concurrence qui pourrait permettre à celles qui reste de connaitre un taux de croissance qu’elles n’auraient pas connu sans le PLF 2013. Et il y aura certainement d’autres opportunités à saisir dans cette période de crise.

l’innovation en France Vs les présidentielles

Je profite de cette période d’élection pour relayer un article intéressant sur l’innovation en France.

Chine – La France n’invente pas

Oui, la France est en train de se désindustrialiser. Mais non, ce n’est pas grave. En fait, c’est tant mieux.

Ce qui est grave aujourd’hui, ce n’est pas le déclin de la production industrielle, mais le retard du pays en matière d’innovation.

La France n’invente pas, refuse de se donner les moyens de le faire et s’obstine à rester spécialisée dans des secteurs anciens plutôt que de faire le choix de la haute technologie.

Même si je trouve que la désindustrialisation n’est pas forcément une bonne chose, principalement à cause d’une perte de savoir faire, je pense que l’innovation ne doit pas s’expatrier.

Et voilà le programme fiscal des candidats à l’élection présidentielle pour essayer de se faire une idée du candidat qui soutiendra le mieux l’innovation en France… Dans la limite du respects des promesses électorales (c’est là qu’on va rigoler !)

Entrepreneur et RSI

Je ne crois pas connaitre un entrepreneur qui n’ait pas eu de problèmeS avec le RSI. Je pense que je m’en tire bien par rapport à d’autres entreprises. Quand on entreprend il faut savoir qu’en France l’administration sera capable de nous garder la tête sous l’eau suffisamment longtemps pour nous dégouter d’entreprendre.

Dommage car je trouve que le cadre fiscal y est quand même très attrayant contrairement à ce qu’on lit un peu de partout – Je vis actuellement en Irlande et c’est loin d’être un paradis fiscal décrit par les politiques :)

Entreprendre en France (ou pourquoi la récession)

Vous souhaitez créer une entreprise : Sachez qu’à tout moment, un huissier peut venir prendre le contrôle de vos compte pour pomper tout l’argent que vous devez au RSI sans que le RSI ne vous ai jamais demandé une telle somme.

J’ai choisi une affiche de film pour illustrer cet article, parce que c’est de ce vol là dont tout le monde se préoccupe en 2012. Et moi, je me dis que je préférerais qu’on parle de ce que j’ai vécu aujourd’hui, comme tant d’autres entrepreneurs. Parce que aujourd’hui, j’ai appris par mon banquier que le RSI a mandaté un huissier pour venir prélever une somme sortie de nulle part, directement sur mon compte bancaire. Et je le vis comme un vol, tout simplement. Et presque un viol, même, de mon intimité, sur ma personne. Le mec a noté les soldes de mes comptes pro, perso, contrôle désormais mon compte bancaire (alors que moi, non). Et je ne suis pas le seul, loin s’en faut : évoquez le RSI sur Twitter, vous verrez.

Le téléchargement c’est mal, c’est du vol, on est tous des voleurs. Mais jusqu’à preuve du contraire, c’est pas le téléchargement qui nous a mené là où on en est, en France. C’est pas Universal qui fait tourner le pays. Parlons de ça, d’abord. Ça ne peut plus durer comme ça. On est tous d’accord pour payer des charges, même lourdes hein. Mais pas dans ces conditions. L’URSSAF, le RSI, tous les organismes qui gravitent autour de l’entreprise en France ne savent plus gérer la situation. Peut-être est-ce le tournant numérique, la modernisation de l’économie qui a foiré. Peut-être qu’il aurait fallu anticiper la création de centaines de milliers d’auto-entreprise (si facile d’accès) de façon à pouvoir les gérer efficacement, plutôt que de déboucher sur un grand n’importe quoi où personne ne comprend plus rien : Le RSI est aveugle, ne sait même plus ce qu’il réclame, à qui, à quel titre

Fait ce que je dis pas ce que je fais

On peut lire chez Korben que Hadopi communique par la peur :

[Hadopi veut] Vous faire peur en vous expliquant que vous pouvez être accusé injustement d’avoir téléchargé illégalement.

Et les anti Hadopi répondent en coeur que communiquer par la peur ce n’est pas bien… Mais la réponse de Korben en fin d’article fait peur !

Les derniers réfractaires à l’installation de ce mouchard seront alors considérés comme suspects et seront peut être plus surveillés que les autres… On bourrera le crâne des enfants à l’école, histoire qu’ils soient formatés une fois adulte, puis un jour, ils voteront une loi qui rendra tout ça obligatoire, sur les box et plus personne n’aura son mot à dire ou ne pourra désactiver la moindre option. Tous fliqués par défaut… C’est la prochaine étape, vous verrez.

D’ailleurs les commentaires qui suivent sont explicites

– Ça fait bien peur tout ça…
– Flippant…

Alors on peut faire peur ou pas ?

Les fax de Swiss money report

La société Anglo-néerlandaise Swiss Money Report semble envoyer de nombreux fax non sollicités. Depuis quelques jours je reçois de nombreux mails depuis le formulaire de contact de Mataf pour ne plus recevoir de fax de Swissmoneyreport (apparemment certains en reçoivent plusieurs pas jour et même en pleine nuit).

Je n’ai bien sur rien à voir avec ce truc.

Je ne sais pas comment on peut bloquer un numéro sur son fax et apparemment c’est difficile de se désabonner de Swissmoneyreport.

C’est dit.

Aider Wikipedia… ou pas

Pocarles veut aider Wikipedia. Wikipedia est un superbe site extrêmement pratique. Cependant, en bloquant les liens externes avec des nofollow, ils deviennent un trou noir du web (plein de liens rentrant et aucun sortant). De part leur structure ils arrivent bien à se positionner sur les moteurs de recherche mais ne font pas profiter leurs sources de ce positionnement.

Ce que fait facebook sur les visiteurs Wikipedia le fait avec les moteurs de recherche, une sorte de sous Etat dans l’Etat.

Tant qu’ils continueront dans cette voie, ils n’auront pas mon soutient.

(je recopie ici mon commentaire posté là bas !)

Monétisation des contenus Internet et Mobile

A force de bookmarker des études et des billets de blogs sur la monétisation je commence à en avoir de partout. Je vais en faire un bilan/résumé rapide. Je vais commencer par remercier Cédric Naux (directeur du dev numérique de Bayard Jeunesse) pour tout le contenu qu’il partage sur Twitter.

Monétiser les médias numériques

Une étude de Ernst & Young dans le cadre du Forum d’Avignon : “créer de la valeur que les consommateurs sont prêt à payer”. Dans cette étude on apprend que l’évolution de l’utilisation d’Internet aux états Unis est saturé – il ne progressera plus beaucoup- Par contre la croissance viendra des usages mobiles dans le monde, d’après cette étude on a encore 3 bonnes années de forte croissance.

La part de la pub sur Internet va passer de 15% du total des dépenses pub (affichage+radio+tv…) estimé à $362M pour monter à 20% en 2014, le marché devrait être alors de $460M. Soit une progression de 70% en 4 ans.

L’industrie des jeux a passé brillamment le passage de la monétisation sur mobile, le secteur de la presse est, par contre, décevant.

La fragmentation du contenu semble être une solution pour monétiser sur le Web. Exemple de la musique vendue à l’unité et non par album.

Le mythe du Freemium ou pourquoi le gratuit ne fait pas vendre

Un retour d’expérience très intéressant sur le modèle freemium. En gros l’auteur propose un produit en plusieurs version, une gratuite pour attirer le chaland, et une payante avec plus d’options. En résumé, moins de 1% de ceux qui prennent le produit gratuit vont finir par payer. Et si on enlève le produit gratuit pour ne proposer que la version payante on vend 10 fois plus. Ce retour d’expérience est à lire.

Sur le “Freemium Myth more data” on apprend que CrazyEgg a fait la même expérience et a doublé son chiffre d’affaire instantanément. A lire aussi : Le “Freemium myth” qui recommande de ne pas trop segmenter ses offres et de faire attention au modèle freemium…

Les 3 étapes du succès pour le freemium

Un article un peu en contradiction avec le premier dans lequel on apprend que Evernotes a un taux de transformation qui augmente avec le temps d’utilisation de la version gratuite. En gros, certains utilisateurs mettent beaucoup de temps pour passer à la version payante.

L’expérience ratée sur le modèle freemium relatée ci dessus a donc peut être un paramètre manquant : le temps. En laissant le modèle free assez longtemps il aurait peut être eu une bonne surprise au bout de quelques mois/années.

Le paywall est-il un succès ?

Il y a quelques mois Ruppert Murdoch a décidé de faire payer TOUS les lecteurs du Times. Bilan : forte chute du nombre de visiteurs, plus de visiteurs via les outils de recherche… Mais des lecteurs qui payent. Succès mitigé, il est un peu tôt pour savoir si l’audience va continuer à s’éroder ou s le nombre d’abonnement va se maintenir.

l’entrepreneur est un homme dont trois idées sur quatre échouent

En France, les caisses de l’Etat sont vides. (…)
Le système court à la faillite. L’explication tient à l’augmentation du secteur étatique, de «sa cléricature budgétaire» et à la réduction simultanée du rôle de l’entrepreneur.
Pour analyser la chute d’une économie, il faut comprendre le processus de création de richesses: l’entrepreneur, explique Gave, est un homme dont trois idées sur quatre échouent, mais dont la rentabilité d’une seule bonne idée peut être formidablement profitable. Sa rentabilité, c’est le profit. Or en France, la tendance structurelle des profits est à la baisse (aux Etats-Unis, elle est stable à 6% du PNB). C’est inquiétant car l’évolution de l’emploi suit avec six à neuf mois de retard celle des profits des entreprises. Le créateur d’emplois, c’est donc l’entreprise et son profit. Les socialistes ont tort d’appeler à la lutte des classes et de répéter que «le profit est un vol».
Les profits diminuent en France parce qu’on refuse le mécanisme de destruction créatrice. Si l’on interdit la destruction, on empêche la création. Empêcher la destruction de La Poste, c’est freiner le développement d’Internet, selon Gave. (…)
Depuis 1990, il -L’Etat- a gagné deux fois plus que l’entrepreneur avec des revenus sans risque, les obligations de l’Etat. «Si l’on rémunère mieux l’absence de risque que la prise de risque, le système ne peut pas fonctionner», explique l’auteur.(…)
Les étudiants français sont parfaitement rationnels dans leur désir d’être fonctionnaires, affirme Charles Gave. Ils sont bien payés, partent rapidement à la retraite et travaillent dans un secteur qui ignore la récession alors que l’économie privée en a connu cinq en 30 ans.

Source : Le Temps

Qu’est ce qu’un haut revenu ?

Pour le député Mariton 5000€/mois n’est pas un revenu de riche… C’est d’ailleurs le revenu d’un cadre moyen. Je sens qu’on va avoir un long et pénible débat sur le salaire minimum pour être considéré comme riche.

Le plus simple serait de donner ce niveau en fonction de la population française. Par exemple on pourrait dire que les 10% des français qui ont  les plus haut revenus sont riche…  A ce moment là la richesse se situe a 4500€/mois environ. Si on se restreint au 5% le salaire du riche sera de 5500€/mois. Et si on prend seulement 1% le revenu pour être riche passe à 10000€/mois. (données de 2006).

répartition des salaires en france
répartition des salaires en france

La bulle chinoise

Va-t-on vers un chaos mondial ? Voilà de quoi se faire peur :

La situation de l’économie chinoise est très différente de celle des USA : Des ménages qui épargnent beaucoup (jusqu’à 30% de leurs revenus), un pays qui produit et exporte également beaucoup et réalise de larges excédents commerciaux dans ses échanges avec les USA et l’Europe.
Cependant, depuis près de 2 ans, le principal déséquilibre de l’économie chinoise s’est fortement aggravé : Il s’agit de la part excessive occupée par l’investissement dans la croissance (au détriment de la consommation).
(…)
L’occident a expérimenté la fuite en avant dans la consommation à crédit, la Chine a choisi la fuite en avant dans le surinvestissement. Et ces deux systèmes économiques ont un point commun : la création d’une bulle de crédit.
(…)
Si cela se produit, les deux crises (Chine et Occident) entreront en résonance, un retour des pays occidentaux en mode récession accentuant encore les conséquences d’une crise de surproduction en Chine via la baisse des échanges internationaux, et une crise en Chine sonnant le glas des espoirs des multinationales occidentales qui espéraient y trouver un relais de croissance.

A noter que dans les commentaires qui suivent ce billet on évoque déjà une nouvelle guerre mondiale (nucléaire ?).

Je vous laisse, je vais préparer mon paquetage de survie.